Education. Suppressions de classes, réforme des collèges…Les attaques gouvernementales passent la vitesse supérieure !



Les luttes se relancent… Ne les laissons pas isolées !

 
5 mai 2015

 

 
Petit Bard/Pergola. Les parents mobilisés pour davantage de mixité bloquent depuis lundi 4 mai les quatre écoles du quartier.

« On se sent ignorés. Méprisés. Et on est tristes d’en arriver là :
on pénalise nos enfants », confie Fouzia Oumoussa. Mobilisés depuis le
16 mars pour réclamer davantage de mixité dans les établissements
scolaires du quartier, les parents d’élèves du Petit Bard/Pergola ont
décidé, de guerre lasse, de passer à la vitesse supérieure.

Mardi, au lendemain d’une table ronde avortée dont ils espéraient
qu’elle réunirait les représentants du conseil général, de la mairie, du
rectorat et de la préfecture, le blocage des quatre écoles a été voté
« jusqu’à ce que les responsables viennent constater la situation et
prendre de réels engagements pour que la situation change au plus
vite ». Cliquer ici

1 h · Modifié · 
3
ieme jour de fermeture des écoles, nous avons tiré la sonnette d’alarme
mais les pouvoirs publics font la sourde oreille, chaque jours nous
proposons des activités scolaires aux enfants aux portes des écoles.
Peu importe si 600 élèves sont privés d’éducation
quand vous habitez au Petit Bard Pergola ou que vous y travaillez
vous ne méritez aucune attention.

Alors non, le sentiment d’appartenance à la République
ne peut se construire dans un ghetto
et les pouvoirs publics le prouvent chaque jour par leur inaction.
 
Alors pour l’avenir de nos enfants, il est braiment temps de passer à l’action
en commençant par venir dès demain à 12h à notre inauguration.
Le petit Bard pergola nous rebaptisons
avec détermination pour un avenir meilleur nous l’espérons et nous leur promettons
« Alors continuons de dire aux p’tit frères que l’école est la solution
Et donnons leur les bons outils pour leur avenir car attention
La réussite scolaire dans certaines zones pourrait rester un mystère
Et l’égalité des chances un concept de ministère
Alors si tout s’joue à l’école, il est temps d’entendre le SOS
Ne laissons pas s’creuser l’fossé d’un enseignement à deux vitesses
Au milieu des tours il y a trop de pions dans le jeu d’échec scolaire
Ne laissons pas nos rois devenir fous dans des défaites spectaculaires. « 

Grand corps Malade

 

Elles seront sept écoles, localisées en centre-ville,
à être exclues du réseau d’éducation prioritaire dès la prochaine
rentrée. Enseignants et parents veulent constituer un collectif. Cliquer ici

 Des milliers de postes ont été supprimés en 5 ans sous Sarkozy…
et bien entendu pas restitués par Hollande. Ainsi, depuis 2008, il
manquerait 1 800 postes de remplaçantEs et 4 000 postes d’enseignantEs
de RASED (réseaux d’aide spécialisée aux enfants en difficulté). Mais ce
n’est pas tout…

Depuis 30 ans, les gouvernements
successifs n’ont eu de cesse de revenir sur le nombre d’enseignants mais
aussi sur les éléments émancipateurs introduits par touches successives
dans l’école. On est bien loin de Montessori qui écrivait : « L’éducation doit être une aide à ce mouvement de la vie en chaque enfant. »

La maternelle comme garderie et l’école élémentaire comme boîte de tri

L’école
maternelle devait être le lieu d’accueil des jeunes enfants qui, dès 2
ans, devraient avoir la possibilité de s’ouvrir au monde en étant dans
un environnement stable et serein du fait de leur vulnérabilité
émotionnelle. Pourtant, aujourd’hui, dans toute la France, 7 000 classes
de maternelles accueillent plus de 30 enfants en leur sein ! Avec
70 000 enfants supplémentaires scolarisés en deux ans et seulement 2 511
postes prévus pour la rentrée prochaine, la scolarisation des
tout-petits et des petits est donc la première sacrifiée.

Dans le
même temps, l’évaluation de plus en plus précoce en maternelle tend à
induire peu à peu l’idée que la grande section de maternelle, c’est bien
la « vraie » école parce qu’on y évalue l’enfant… au lieu d’être la
« vraie » école parce qu’on y apprend à connaître et à faire. Cliquer ici

 Dans le second degré


Réforme du collège. L’histoire est au cœur d’une
polémique créée par la droite. Ce n’est pas Vercingétorix néanmoins qui
inquiète S. Montazeaud, prof à Lattes, mais un bouleversement de la
façon d’enseigner. […]

La critique du SNES est beaucoup plus fine que les débats
électoralistes [engagés par la droite]. La refonte des programmes s’accompagne en effet d’une
importante réforme du collège. […] 

Les programmes s’adaptent « au socle commun
des compétences, des connaissances et de la culture ». « Le souci c’est
qu’ils privilégient les compétences que devront maîtriser les élèves à
la fin de chaque cycle ». Pour Stéphane Montazeaud, là est la véritable
« révolution », là est ce qui va bouleverser la façon d’enseigner et qui, à
ses yeux, mériterait une formation spécifique des enseignants. […]

Selon le syndicaliste – qui aurait largement préféré des moyens en
heures et en postes plutôt que cette réforme qui n’en dit rien – la
raison de ce changement, c’est la volonté de tirer le collège vers
l’école élémentaire alors qu’il prépare aujourd’hui au lycée. Et
pourquoi pas obliger plus tard les profs de collège à tendre vers
l’organisation de l’école : un maître par classe forcément polyvalent
avec un temps de service augmenté… Et à la clé beaucoup d’économies… Cliquer ici

Les 200 profs d’allemand de l’Académie de Montpellier considèrent
que supprimer les classes bilangues, qui existent dans 92 des 202
collèges du Languedoc-Roussillon, signe l’arrêt de mort de leur
discipline. Cliquer ici
Monsieur

Olivier Noblecourt, conseiller chargé du dossier des langues
régionales au ministère de l’Education Nationale, que la FELCO
avait eu comme interlocuteur lors de son
dernier rendez-vous au ministère (novembre 2014)
a
répondu au courrier dans lequel nous lui faisions part des
inquiétudes que nous inspirait la réforme du collège dont les
contours ont été récemment rendus publics.

Si

nous considérons comme positif le fait qu’il ait tenu à nous
répondre, ce dont nous le remercions, il n’en demeure pas
moins que les

réponses qu’il nous fournit, et qu’il nous a autorisés à
rendre publiqu
es, ne lèvent pas nos principales
inquiétudes.  Cliquer  ici

Pour: Ministère de l’Education Nationale

Avec la réforme annoncée du collège, les langues régionales
étaient cantonnées aux enseignements pratiques interdisciplinaires, une
heure hebdomadaire. Dans un deuxième temps, le ministère a annoncé que
les langues régionales pourraient être enseignées, sur les moyens des
établissements, en complément des EPI (enseignements pratiques
interdisciplinaires), une heure en 5ème et 2 heures en 4ème et 3ème.

Nous sommes bien loin de la loi d’orientation et de refondation
de l’école, qui, en juillet 2013, établissait dans la loi des pratiques
pédagogiques d’enseignement des langues régionales mises en œuvre depuis
des décennies dans l’Education nationale.

Au-delà de l’intérêt pédagogique des pratiques
interdisciplinaires, quel enseignement linguistique sera proposé aux
élèves, avec une heure hebdomadaire en interdisciplinarité? Cliquer ici

 

Les personnels du collège Saint-Exupéry , de Perpignan, sont en grève ce lundi 4 mai.

La raison de la grogne résident dans les moyens alloués pour la rentrée
2015 par le rectorat et estimés très insuffisants par les grévistes. En
bref, les personnels mécontents dénoncent « l’imposition d’un service
minimum  d’éducation ». ce qui signifie que certains projets mis en place
pourraient ne pas être reconduits, ainsi l’aide aux devoirs
disparaîtrait.  Cliquer ici

A l’université 

A lire aussi

Et aussi

Et encore
Cliquer ici

Note : en réponse à la forte mobilisation menée depuis des semaines par les profs et les parents du collège des Aiguerelles , le ministère a déclaré accorder une dotation supplémentaire de 17 heures à l’établissement. Mais à ce jour (voir article d’ouverture de cette page),  aucune confirmation de cette annonce n’a été donnée. Ce gouvernement est égal à lui-même : attaques et manoeuvres dilatoires lui sont consubstantielles…

NPA 34, NPA

ichigo1vs

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">HTML</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>